Quelles sont les normes de minceur à travers le monde ?

Quelles sont les normes de minceur à travers le monde ?

L’Organisation mondiale de la santé se réfère automatiquement à l’Indice de Masse Corporelle (IMC) pour étudier les variations d’anatomie. En indiquant son poids en kilos, le carré de sa taille en mètre et son âge, on obtient un taux significatif synonyme de forte ou de fine corpulence, calculé à un instant T. Se basant sur des données recueillies dans treize pays en 2o13, une étude qui atteste des niveaux de corpulence dans le monde.

 

Les niveaux de corpulence sont différents selon les pays. Les Asiatiques ont une forte pression liée à la minceur. La population est la plus mince du monde. La menace du surpoids guette les Néozélandaises. Ceci dit, tous sexes confondus au sein d’un même pays, des différences sont présentes. On observe un fossé dans l’allure générale parmi les concitoyens français. Malgré tout, cet écart se réduit aux Philippines comme en Russie.

corpulence2

 

Les idéaux de la minceur féminine

 

Dans la plupart des pays européens, l’apparence svelte est préconisée autant qu’adulée. Pourtant, en contradiction avec leur IMC, cet atout est fortement apprécié par les Françaises, qui sont veulent être minces. Souvent synonyme de perfection, elles mettront tout en œuvre pour y parvenir, parfois en se mettant en danger.

La Corée du Sud demeure figée à ses traditions ancestrales. La minceur permet une stature prisée. Essentielle pour 8o % des femmes interrogées, elles conserveront ce poids tout le long de leur existence.

L’Irlande rejette la maigreur féminine. Cela s’accorde nettement avec les résultats fournis par le calcul de l’IMC. Les hommes préfèrent une femme avec des formes.

Pour la Nouvelle-Zélande, une réciprocité manifeste ce règne entre les deux critères. Plus le souvenir ou la présence de la femme forte est réel, plus ces derniers préfigureront de l’attirance ressentie pour un certain embonpoint.

Enfin, avec le taux d’IMC féminin le plus maigre enregistré des treize pays sondés, les Philippines envieraient les rondeurs de leurs acolytes.

Près de 7o % des Israéliennes ne seraient pas bien dans leur peau. Elles voudraient ressembler à tout prix à cet idéal, devenir « svelte ». Cette influence, pourtant éloignée de leur réalité quotidienne, leur serait inculquée depuis l’enfance.  : « une  femme est belle, si elle est mince! ».

corpulence3

 

Les idéaux de la minceur masculine

 

La République dominicaine possède des résultats similaires à l’Irlande. Plus de la moitié des femmes seraient ostensiblement attirées par des hommes ronds.

Par contre, en ce qui concerne les hommes, la France s’éloigne du diktat de la minceur. 62 % de la gent féminine désireraient rencontrer leur alter ego avec des formes.

En ce qui concerne les pays asiatiques, leurs choix s’orienteraient davantage vers la finesse. Ce corps idéalisé ne rimerait qu’avec sveltesse et minceur.

Pour finir, l’homme parfait en Uruguay et en Autriche serait également élancé.

corpulence4

 

Comprendre le paradoxe entre le réel et le désirable

 

On l’a vu, l’Asie reste un continent très à cheval sur l’apparence. Si cette dernière conserve sa place dans le classement des corpulences de type mince, cela est aussi un critère de sélection redoutable.

L’analyse de la société irlandaise obtenue démontre qu’elle désire trouver une âme sœur identique physiquement.

Enfin, pour les habitants de pays tels que l’Israël ou le Mexique, on note une forte contradiction entre une réalité morphologie et la recherche permanente de cet idéal anatomique. Cette dualité conflictuelle demeure le signe d’une pression sous-entendue mise sur les épaules de ces citoyens. En outre, des troubles variés du comportement alimentaire apparaissent et sèment le doute dans la population. C’est le cas aussi en France !

 

Pour toutes ces raisons, l’étude de l’INED intéresse autant qu’elle intrigue. Grâce à elle, nous avons une vision globale internationale de la diversité de l’apparence morphologique. Généralement, elle va de pair avec la loi de l’attraction physique. Pourtant, quelquefois, ces deux indications précieuses diffèrent selon le sexe. La naissance du mythe de la femme ou l’homme parfait viendrait de là. Ce portrait saisissant du monde explique la lutte indissociable entre le rêve d’un corps parfait pour soi et la réalité difficile à atteindre chez l’autre.

Un commentaire


  1. Je suis grosse, mais très confiante, c’est ma foi ! Il y a des stars grosses, mais elles sont aussi très belles et élégantes, donc, comme une femme ronde, rester confiante et choisir vêtement approprié est des éléments cruciaux.

    Répondre

Laisser un commentaire