Les clichés sur la chirurgie esthétique, je vous parle de mon opération d’abdominoplastie !

chirurgie esthétique

Je vous en ai jamais parlé, mais j’ai fait de la chirurgie. Après avoir perdu beaucoup de poids, plus de 5O kilos, j’avais de l’excédent de peau, notamment au niveau du ventre et des seins. En gros, une fois la graisse partie, j’avais la peau qui pendait. J’ai donc fait une abdominoplastie et un lifting des seins. 

Pour sortir des stéréotypes et proposer un autre regard sur la chirurgie esthétique, je vous propose de revoir les différents clichés sur la pratique.

Faire de la chirurgie esthétique, c’est être superficiel ?

Je ne trouve pas cet acte comme étant superficiel, mais plus comme une opération médicale. Cela m’a permis de me reconstruire, voire même de retrouver un corps que j’avais avant ma prise de poids. Bien sûr, je vais être honnête avec vous, il y a bien sûr, une partie forcément esthétique. Étant donné que je n’avais pas un corps “normal” avec la peau qui pendait. Ce n’était pas sexy et encore mieux attrayant. Et comme vous pouvez vous en douter, je n’avais pas confiance en moi, car je ne me trouvais pas jolie.

Ce n’est pas une question de superficialité, car j’ai vraiment cherché à savoir si je le faisais pour moi ou si je le faisais pour les autres. Je m’en fiche du regard des autres… Autre chose, dans le terme “superficiel”, beaucoup de personnes utilisent ce mot pour désigner quelque chose d’inutile. Je ne suis pas d’accord. Avec ma perte de poids et mon excédent de poids, je complexais tellement que je n’étais pas bien dans ma vie. Je me sentais moche, non désirable. Alors qu’aujourd’hui, je me sens belle et épanouie. Et cela se voit sur mon attitude. Une femme qui s’assume est toujours plus sexy qu’une femme qui complexe. L’opération m’a beaucoup apporté !

Est-ce que ce type de chirurgie se cache derrière un aspect médical ?

Alors, c’est une bonne question. Quand j’ai dit à mes amis que j’avais l’attention de faire cette opération, une des réactions était « La chirurgie n’est pas nécessaire. Tu peux apprendre à accepter ton corps, mais dans ton cas, sa passe parce qu’il y a un côté médical”. Mais non, même si je n’avais pas ce problème d’excédent de peau, j’aurais quand même fait appel à la chirurgie si j’en avais envie. J’assume complètement d’en avoir fait parce que j’en ressentais le besoin. C’était un complexe. Je ne suis pas contre la chirurgie esthétique. À partir du moment où tu as un complexe que tu n’arrives pas à assumer et le moyen de payer une opération… Pourquoi pas. Cela reste un choix personnel !

Mon acte est clairement esthétique, mais pas que… Il faut être honnête. J’ai réparé des choses qui ne me convenaient pas. Il ne faut pas aussi oublier que le médical, c’est aussi la santé psychologique. Et clairement si ma santé mentale n’allait pas avec mon apparence ou avec mon estime de soi… Bien sûr que je vais la soigner.

Les gens qui font de la chirurgie esthétique sont influencés ?

Je suis mitigée sur cette idée. Je pense que cette opération était mon choix. Cependant, je pense qu’on est influencé par la société, par les diktats, par l’image qu’on nourrit depuis tout petit, de l’image de la beauté et du regard des autres. Malheureusement, il y a une déconstruction du “vrai corps de la femme”. Mais, faire le choix de faire de la chirurgie esthétique est personnelle. On le fait pour soi. . 

De plus, dans mon cas, je fais partie de la communauté « Bodypositive ». Par beaucoup, il y a une contradiction de faire de la chirurgie plastique et un mouvement qui prône le naturel. Ce que je peux comprendre… Mais pour moi, la chirurgie m’a permis d’accepter mon corps et notamment mes formes, car oui, j’ai toujours des formes et je reste une femme ronde.

Via mon Instagram, je m’expose sur les réseaux sociaux. Je suis même devenue modèle photo grande taille. Je me prenais énormément de critiques sur mon apparence physique. Et ce qui est dingue, c’est que j’avais des critiques quand je faisais 135 kilos et que j’en ai encore aujourd’hui. Vous aurez toujours des haters et des gens pour vous juger. Il ne faut pas y prêter attention ! 

Les personnes qui font de la chirurgie plastique ne l’assument pas !

Je n’écrirais pas cet article, si ce n’était pas le cas. ^^

Alors, honnêtement, je savais que j’allais avoir du mal à assumer d’avoir fait de la chirurgie esthétique, surtout au niveau de mon entourage. C’est pourquoi j’en ai parlé à mes amis avant de le faire. Et étonnamment, les gens les plus proches pour lesquels cela a été le plus choquant, ce sont mes parents. Je pense qu’elle était plutôt inquiète, car cela ne reste pas anodin. Cela reste une opération de chirurgie avec une anesthésie générale. Mais sinon mes amis étaient curieux. Donc, c’est plutôt positif.

Au niveau des réseaux sociaux, cela m’a pris trois mois avant d’en parler. Pourquoi vous allez me dire ? Tout simplement pour être prête à répondre aux critiques.

chirurgie
Photographe @jhphoto-44 / Modèle @beauteronde

Quand on a fait de la chirurgie esthétique, on ne s’arrête plus !

Quand j’ai commencé, je savais ce que je voulais. Je savais quelles étaient les choses que je voulais résoudre et je savais que j’allais m’accepter, car pour moi les chirurgies que j’ai faites sont plus “réparatrices” qu’esthétiques. Ces chirurgies m’ont déjà valorisé et me permettent de vivre sereinement. Alors, je sais que si je continue à perdre du poids, il faudra peut-être faire les cuisses et les bras. Cependant, ces opérations me permettent de m’accepter et d’être bien dans mon corps et aussi dans ma tête. On ne peut pas dire que cela est de la perfection parce que quand on me regarde, on voit bien qu’il reste des zones de peau comme au niveau de menton, par exemple. C’est mon corps. Cela reste “moi”.

C’est un choix de facilité !

Beaucoup de personnes qui complexent font le choix de travailler sur la perception de leur image… En essayant de s’accepter eux-mêmes et nous savons que c’est un combat très difficile. Mais faire une chirurgie ce n’est pas plus facile, parce que cela peut être angoissant. C’est quand même une anesthésie… Ce sont des soins post-opératoires importants et c’est aussi une confiance au chirurgien. Il y a des risques. Il peut y avoir des infections. Pour moi, ce n’est pas une facilité et c’est tout sauf un acte anodin. Il faut bien prendre le temps de choisir la bonne clinique et le bon chirurgien.

chirurgie
Photographe @jhphoto-44 / Modèle @beauteronde

Faire de la chirurgie esthétique peut changer des vies !

Alors oui de oui ! Je suis complètement d’accord avec cette affirmation. C’est même l’une des premières choses que j’ai dite au chirurgien, après l’opération.

Cela m’a complètement changé. Et chaque matin, pendant les trois premiers mois quand je me réveillais, je passais 2 minutes devant le miroir à regarder mon ventre, sans le bidon et sans la peau qui pend. Cela me faisait du bien, car je voyais en moi ce que je voulais de moi. Je me suis épanouie. Donc oui, cela a changé ma vie.

Pour conclure, il faut que vous soyez vous-même, que vous soyez le maître de votre vie. Si vous voulez faire de la chirurgie esthétique, cela doit être un acte réfléchi et non un acte subi.

Choisissez bien votre chirurgien. Il existe plusieurs types de chirurgies : plastique, esthétique ou reconstructrice. Vérifiez qu’il soit bien diplômé et qu’il a de l’expérience. Il existe aussi des distinctions qui peuvent vous aider pour choisir un chirurgien comme le « Concours de la médaille d’Or de chirurgie » comme la pu le recevoir le Docteur Vincent Masson. Il exerce depuis plus de 1 ans dans sa clinique située à Paris. Pour en savoir plus, cliquez sur cette page du site Chirurgie-esthetique-vincent-masson.com.

Source photographie de couverture : @jhphoto-44

Le partage c'est la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading Facebook Comments ...