Art : le canot de plaisance de Marie-Antoinette.

canot de plaisance de Marie-Antoinette

Les fastes de la cour du roi Louis 16 sont célèbres, mais connaissez-vous le canot de plaisance de Marie-Antoinette ? Je vous propose de découvrir cette fameuse chaloupe qui servit à la Reine de véritable salon flottant.

Le canot de plaisance de Marie-Antoinette : quelle est son histoire ?

La construction du canot date de 1777. C’est une œuvre du général Calonne. Il fut offert à la reine pour la somme de 6. livres. Longtemps oubliée, l’embarcation a été redécouverte au début du 19e siècle par Pierre de Nolhac dans un entrepôt de la petite Venise versaillaise.

Ce navire était utilisé par la reine pour ses balades printanières sur le grand canal du château de Versailles. En effet, à cette époque, le roi, entiché de navigation, y avait fait construire une flottille entière de navires de toutes sortes. On pouvait y admirer des copies à l’échelle 1:4 et 1:15, de deux-mâts, de chaloupes, et même d’une galiote armée de 32 canons miniatures. Un vrai passionné !

Malheureusement, le petit navire était en fort mauvais état lorsque le conservateur du musée de Versailles le découvrit en 1899. Il prit la décision de n’en garder que la proue et la poupe car la partie centrale, pourrie, n’était pas restaurable.

canot de plaisance de Marie-Antoinette
Galerie des Carrosses du château de Versailles

L’oeuvre est exposée au Château de Versailles, près de Paris.

Depuis 218, on peut admirer dans la galerie des Carrosses du château de Versailles les deux éléments d’origine conservés, ainsi qu’une réplique reconstituée d’après divers éléments d’archives dans les années 2 par Franz Greiner.

La proue est faite de bois blanc. Elle est rehaussée de moulures réchampies de dorures. La proue présente une belle figure de sirène… Elle aussi en bois. Son corps est blanc et sa chevelure est rehaussée d’une couleur d’or. La femme sirène tient dans sa main gauche une écrevisse dorée. Les jonctions à la coque du bateau représentent le bas du corps d’une sirène. La poupe, moins sobre, représente les armoiries du roi Louis 16 encadrées de chaque côté de deux chérubins, dont l’un souffle dans une corne de brume et l’autre tend ce qui semble un bouquet d’algues.

Enfin, la partie centrale, reconstituée, est un roof ouvert de 3 fenêtres à bâbord et à tribord. L’encadrement des fenêtres est rempli de dorures. La partie basse de la cabine présente une fresque de fleurs en forme de rosaces.

Le très bel ouvrage servit deux fois à la Reine pour se rendre à Fontainebleau. Il sombra ensuite dans l’oubli.

Le partage c'est la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading Facebook Comments ...