Vous êtes victime d’un cyberharcèlement ? Voici comment réagir face à la cyberintimidation.

cyberharcèlement

Un récent rapport de l’ONU a révélé que les femmes sont les principales victimes de cyberharcèlement sur Internet. L’ONU a déclaré que le cyberharcèlement et l’agression sexuelle « nuisent à la santé physique et mentale des victimes, poussent certaines au suicide et font perdre du temps aux gouvernements qui tentent d’y mettre un terme ». Dans la plupart des cas, les victimes ne sont pas assez conscientes de leurs droits. Elles n’osent pas parler à leur famille ou à leurs amis.

Le cyberharcèlement : qu’est-ce que c’est ?

Le cyberharcèlement est un comportement délictueux qui consiste à harceler, menacer, intimider ou s’en prendre de façon inappropriée à une personne à travers les réseaux sociaux, courriels ou autres moyens de communication électronique. Il peut être perpétré par une personne ou plusieurs, au moyen de messages texte, d’images ou d’autres types d’enregistrements vidéo, de courriels ou de commentaires sur des réseaux sociaux.

Il arrive parfois que le cyberharcèlement soit provoqué par une personne ayant des problèmes avec l’ego. Elle a besoin de se sentir supérieure à quelqu’un d’autre. Le cyberharcèlement peut aussi être commis au moyen d’un ordinateur, d’une tablette, d’un téléphone, d’un appareil photo numérique et d’autres dispositifs électroniques. Parfois, il peut même prendre la forme d’un mail envoyé à un groupe de personnes.

Le cyberharcèlement peut faire partie d’une forme plus large de harcèlement sur Internet ou au travail, qui inclut les propos haineux, les menaces et l’intimidation.

Il peut entraîner des conséquences graves, notamment :

  • perte d’estime de soi
  • anxiété
  • dépression
  • suicide.
Photo de Anna Shvets provenant de Pexels

Comment le cyberharcèlement affecte-t-il la victime ?

Le cyberharcèlement peut affecter la victime de différentes manières. Il peut vous faire croire que vous n’avez aucune valeur ou vous faire croire que vous êtes seul à subir cette situation. Il peut aussi vous faire croire que vous êtes responsable de ce qui vous arrive.

Je vais vous raconter une histoire. Car oui… J’ai malheureusement vécu un cyberharcèlement. J’étais au lycée. Je sortais à l’époque avec un garçon que j’aimais profondément. Lors d’une soirée, je m’étais déguisé en infirmière. Une tenue « plus que légère » pour lui faire plaisir. Quelle bêtise ! ^^. Il m’avait pris en photo et l’avait mise sur les réseaux sociaux. J’étais présentée à « ses amis » comme un trophée. =( Je me souviens m’avoir énervé comme pas possible. Une colère noire… Je m’étais « battue » pour que cette photo disparaisse, ainsi que ces copies… Vraiment, ce mec était un vrai idiot (pour rester polie ^^).

Quelles sont les différentes formes de cyberharcèlement ?

Il existe plusieurs types de cyberharcèlement. Voici quelques exemples :

  • le cyberharcèlement en ligne
  • le cyberharcèlement sur le cellulaire, le réseau social ou l’application de messagerie instantanée
  • la cyberintimidation, notamment par des textos et des courriels
  • les commentaires négatifs postés sur Internet ou sur les réseaux sociaux
  • la désinformation (par exemple, faire circuler de fausses rumeurs à votre sujet)
  • le harcèlement de groupe (exemple : envoyer des messages d’insultes en masse sur un réseau social ou une application de messagerie instantanée)
  • le vol d’identité
  • le piratage informatique (exemple : bloquer un compte sur un réseau social ou un site web, accéder à vos comptes personnels ou à votre messagerie sans votre permission)
  • le « revenge porn » (envoyer des photos intimes ou des vidéos de soi à un ami ou à un inconnu et les publier sur un réseau social, une application de messagerie instantanée, un site web ou un blog sans autorisation).
Photo de Keira Burton provenant de Pexels

Comment faire face ?

Si vous êtes victime, il est important de signaler cela à une personne de confiance. Ensuite, vous pourrez contacter les autorités compétentes. Ce sont les organismes publics qui sont chargés de lutter contre les abus sur Internet. Parmi ces organismes, on peut citer la police ou la gendarmerie. Je ne l’ai pas fait à l’époque et je l’ai regretté.

Pour commencer, il est très important que vous signaliez ce problème à votre famille ou à vos amis pour que vous ayez le soutien des personnes qui vous aiment. C’est important ! Vous n’êtes, en aucun cas, responsable de ce qui vous arrive. Il n’y a aucune honte à en parler à un adulte. Vous n’êtes pas « un fayot »… Vous vous protégez, c’est tout ! 

Source photo de couverture : Yan Krukov provenant de Pexels

Le partage c'est la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading Facebook Comments ...