Les héroïnes de jeux vidéos deviennent « réaliste ».

Les héroïnes de jeux vidéos deviennent "réaliste".

La représentation des femmes dans les jeux vidéo est toujours un sujet épineux. Les personnages ont tendance à être très similaire: seins énormes, grande et de belles hanches. Oh et bien sûr, peu vêtu! Pourquoi ne pas représenter des héroïnes plus réaliste? C’est le défi relever par « Bulimia.com »…

 

Bulimia.com est un site web éducatif qui fournit des informations et un soutien aux personnes  qui ont des troubles alimentaires, a réinventé quelques-uns des personnages de jeu vidéo féminin emblématiques. Passant de LARA CROFT à RIKKU ou encore CHRISTIE MONTEIRO chaque personnage a été re-photoshoppé afin de ressembler davantage à la femme « moyenne ».

L’organisation cherche à mettre en évidence des corps plus réalistes afin de lutter contre l’impact négatif générer par une fausse représentation de la femme dans les jeux vidéo.

« Si les créateurs de jeux vidéo peuvent être fiers de leurs représentations numériques, il serait peut-être temps qu’ils fassent de même pour les femmes », s’exclame le site Bulimia.  « Nous avons détourné des photos d’héroïnes de jeux vidéo avec la volonté de faire quelque chose de plus réaliste. Nous avons façonné leurs corps de sorte à ce qu’ils correspondent aux mensurations moyennes d’une femme américaine ».

 

La question du sexisme dans le milieu des jeux-vidéos connaît une médiatisation de plus en plus importante.

Des hashtags fleurissent régulièrement sur Twitter pour dénoncer le sexisme ambiant dans le milieu, à l’instar de  utilisé par des femmes pour expliquer, à partir de leurs expériences personnelles, pourquoi il y a aussi peu de développeuses dans l’industrie du jeu vidéo.

En partenariat avec une équipe créative, Bulimia.com a choisi 1 personnages féminins emblématiques de l’industrie du jeu,  jugée d’exemple flagrants de normes irréalistes. L’avatar à l’avantage de n’être pas soumis à des limites physiques: grâce à l’informatique, il est possible de modéliser à peu près n’importe quel avatar, humanoïde ou pas. Le sexisme passe justement par ces avatars.

Pour être attirants, les avatars sont idéalisés: le jeu vidéo est par essence un monde virtuel dans lequel chacune est libre de donner cours à son imagination et à la possibilité de devenir un héros. D’ailleurs, il est plus facile de s’identifier à un personnage positif que négatif. Sans identification aux avatars, il n’est pas possible de jouer. Ce n’est pas tant l’idéalisation des avatars qui pose problème que les dérives qu’elle implique. La femme est réduite à un corps. Elle est représentée avec des seins surdimensionnés et ses vêtements révèlent toutes ses courbes aboutissant à ce fait étonnant: plus le personnage gagne en expérience, plus ses vêtements rétrécissent…

Bien que tous les personnages sont encore classiquement belle (et portent  toujours peu de vêtements), la différence entre les personnages originaux et re-photoshopper est indéniable. 

 

 

 

 

 

Plus d’info? http://www.bulimia.com/

Un commentaire


  1. Si je comprends bien: plus on est compétente dans notre travail, plus on obosse toute nue !

    Répondre

Laisser un commentaire