Instagram censure-t-il les femmes rondes ?

Instagram censure-t-il les femmes rondes ?

Le réseau social Instagram est accusé de censurer les femmes rondes. Le premier moment de stupéfaction passée, les internautes ont commencé à émettre protestations et réserves contre des attitudes jugées grossophobe.

.

 La censure d’une photo d’une femme ronde

.

Au départ, une série de clichés du 7 février 2o19 sur la page Instagram de la marque « petit patron »ont été supprimés. Celle-ci ont été censurés par le réseau social. Cela a mis le feu aux poudres.

Mais alors, pourquoi les photographies ont-elles été supprimées ?

.

Photo : Petit Patron

.

La marque « petit patron » diffuse des patrons de lingerie, et sur l’image apparaissait un mannequin rond en petite culotte. La photographie comportant quatre mannequins de tailles et de morphologies diverses qui présentaient de la lingerie. Il faut préciser que ces posts n’étaient pas suggestifs. La photo censurée est celle, prise de profil, d’Emilie, une mannequin faisant une taille 54. Sur cette photo, Emilie porte une petite culotte et pose, les bras croisés, ses mains cachant soigneusement ses seins. Aucune partie sexuelle de la jeune femme n’est visible. Pourtant, la sentence est tombée; la photo d’Emilie est choquante, du moins pour Instagram.

Pourtant, je trouve qu’il n’y a rien de choquant. C’est une publicité de lingerie comme on peut en voir partout, sauf que ce n’est pas une femme mince. Et alors ?

Sachant que les autres modèles, plus fines de la marque, n’ont pas été supprimées, on peut alors se demander si ce ne sont pas les formes d’Emilie qui, finalement, auront gêné le réseau social. Cependant, j’ai recherché s’il n’y a pas une autre cause, que l’apparence physique qui explique cette suppression de photo. ^^

Ah bien, le moins que je puisse vous dire, c’est que je suis déçue ! D’autant plus que je suis une grande consommatrice de ce réseau social, qui prône, soi-disant avec son nouvel algorithme (supprimant les logiciels de faux likes et déclarant la guerre aux comptes fakes) une application plus proche des jeunes et moins superficiel. Il y a encore beaucoup à faire !

.

Photo : Petit Patron

.

 Le prétexte de la nudité et de la pornographie

.

La marque a bien entendu demandé des explications au réseau social. La réponse de l’équipe d’Instagram a été stupéfiante. Elle a tout simplement déclaré avoir supprimé la photo parce qu’elle ne correspondait pas à leurs règles sur la nudité ou sur la pornographie. Quelques jours après, soit le 11 février, une abonnée ayant remis ces photos sur son compte, s’est également vu censurer pour ce même motif.

Instagram a avancé le motif de la nudité et de la pornographie pour justifier la suppression des clichés litigieux. Certes, mais lorsqu’on voit les photographies objets de cette censure, aucune partie sexuelle n’est visible. Pas le moindre bout de téton qui pointe à l’horizon. Dès lors, cette explication n’est pas pertinente.

Il est dès lors clair que seule la silhouette de la jeune femme est en cause.

Un tsunami de protestation a submergé Internet, et Instagram a fini par devoir s’excuser.

.

Mais peut-on dire pour autant qu’Instagram soit grossophobe ?

.

Il est clair que ces incidents laissent à penser que ce réseau social a un vrai problème avec les silhouettes rondes.

Mily Ratajowsky a bâti la plus grande partie de sa notoriété sur une magnifique paire de seins qu’elle exhibe à satiété sur ce même réseau. Kim Kardashian elle aussi, montre régulièrement son anatomie de la façon la plus détaillée sur son compte et …rien.

Photographies : Kimkardashian et Emily Ratajkowski

.

Alors pourquoi Emilie et pas Kim Kardashian ?

Emilie est plus size… et Instagram utilise le principe de la géométrie variable. Instagram prétend que son algorithme calcule le pourcentage de peau dénudée et que les classements se font automatiquement. Ainsi les rondes seraient désavantagées parce que le pourcentage de peau dénudée, lorsqu’elles sont en sous-vêtement, est proportionnellement plus important qu’une femme mince. Dans ce cas, il faudrait qu’Instagram s’attelle à la modification de son algorithme, pour une utilisation plus juste. Surtout si elle souhaite, vraiment comme elle le dit, être un réseau social moins superficiel.

C’est donc une question d’algorithme.

.

Je n’utilise plus les hashtags « grosse » et « curvy »

.

Il y a encore quelques mois, si d’aventure un internaute tapait le hashtag « grosse »sur instagram, on lui proposait une aide sous prétexte que les gros ont un comportement autodestructeur qui peut les mener à la mort. « Les publications contenant les mots ou les tags que vous recherchez encouragent souvent un comportement pouvant nuire ou conduire au décès. Si vous traversez des moments difficiles, nous sommes là pour vous aider. »

.

.

Le problème ne venait donc pas vraiment de l’algorithme, ce fois-ci, sachant qu’un algorithme a toujours à son origine un intervenant humain. Proposer de l’aide à la femme ronde revient à stigmatiser son corps. Bref, c’était nul ! =(

De nombreuses femmes avaient utilisé le hashtag « curvy » pour partager des photos d’elles ou d’autres femmes rondes, assumant leurs rondeurs, ont été pénalisées par le réseau social. Cela a été mon cas, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi les vues et likes étaient en baisse. Instagram n’a fait aucune communication pour prévenir les internautes. C’est finalement un ami Community manager qui m’a prévenu. Instagram aurait dévalorisé ce hashtag sous prétexte d’éviter la pornographie…

.

Alors, existe-t-il un moyen de contourner cet algorithme que je trouve injuste ?

.

Heureusement que nous, les belles et rebelles rondes, ne nous laissons pas faire. Des femmes ont très vite compris comment tromper la censure du réseau social. On remplace « #curvy » par « #curvee » et le tour est joué. On peut à nouveau partager les photos de ses belles rondeurs sur ce réseau. Instagram ne peut pas bloquer tous les hashtags. =)

.

.

Mais quand même !

Le corps de la femme est actuellement hyper sexualisé, et sa forme, sa taille, ses atouts sont déterminés par les diktats de la mode. Notre Emilie, avec sa taille 54 pointe joyeusement cette différence alors que selon l’univers de la mode elle devrait cacher ses formes opulentes.

Bien sûr on va nous dire que la majorité des gens trouvent les femmes grosses peu jolies, mais c’est aussi parce qu’elles sont trop peu représentées dans notre société. Nos goûts sont conditionnés par notre éducation, par notre culture, mais aussi par les images qu’on peut voir. Donc, si Instagram veut vraiment être moins superficiel, il se doit de revoir son algorithme.

.

Photographie de couverture : Yash Gooly de Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading Facebook Comments ...