Les standards de la beauté féminine à travers l’histoire : de l’époque préhistorique à aujourd’hui.

Les standards de la beauté féminine à travers l'histoire : de l'époque préhistorique à aujourd'hui.

La beauté peut être définie de bien des manières. Elle représente quelque chose d’harmonieux, agréable à voir et qui nous procure les plus douces émotions. Bien évidemment, il s’agit d’un sentiment purement subjectif. Il y a autant de définition du beau, d’objets, de personnes belles qu’il n’y a de personne pour en juger. Cependant, des canons de la beauté existent à travers les âges. Chaque société à travers le temps a eu des canons de beauté et une idée de la femme idéale.

.
Un idéal féminin a été imaginé, idolâtré selon les époques. Parfois loin du nôtre, parfois proche. La beauté n’est qu’une affaire de goût, de mœurs. Je vous propose, dans ce nouveau post, de remonter dans le temps pour découvrir qu’elles ont été les caractéristiques des plus belles femmes selon les époques.

Vous risquez d’être surpris !

.

Les femmes de la Préhistoire (avant 33oo av. J-C)

.
Comme nous, les hommes du Paléolithique avaient leur préférence physique et leur définition de la belle femme. À cette époque, l’Homme recherchait un modèle de fécondité. La nature était mystérieuse, mystique. Du rien jaillissait le vivant. Du ventre d’une femme, jaillissait la vie.
La femme belle est donc devenue celle qui portait les signes d’une grande fécondité comme en témoigne la Vénus de Willendorf. Les courbes sont appréciées, les seins, les hanches, le ventre et les cuisses sont larges. L’idéal féminin est alors à cette époque celle qui aura les caractéristiques de celle qui pourra donner la vie efficacement. Plus c’est gros, mieux c’est ! =)

.

Image par Oberholster Venita de Pixabay

.

L’Egypte antique (-3ooo à -3oo av. J-C)

.

L’une des meilleures représentations que l’on ait de la beauté Egyptienne peut être vue dans les portraits de Ahmes-Nefertari, sœur et épouse de pharaon. Les femmes deviennent belles lorsqu’elles sont élancées, minces. Les cheveux longs et lisses (tressés à cette époque) permettent d’amplifier cette image. Les hanches, les seins et les jambes se sont affinés pour laisser place à des courbes plus harmonieuses, plus fines. La femme est belle lorsqu’elle est svelte.
Les premières utilisations du « maquillage » apparaissent avec l’utilisation d’ocre pour donner la sensation de blancheur et de pureté. La peau est soignée et rendue plus douce avec l’utilisation d’huile (amande, cumin, lys…). L’œil est souvent souligné d’un trait noir, le khôl toujours utilisé. C’est un peu l’ancêtre du eyeliner ! ^^

.

Image par Souzan B de Pixabay

.

L’époque Gréco-Romaine (environ -5oo av J-C)

.
La Grèce Antique voit le développement du nombre d’or et des proportions parfaites. L’idéal de beauté correspond à un corps bien proportionné. Même si ce sont les hommes qui seront davantage idolâtrés, les femmes n’échappent pas au canon de l’époque.
Les premiers jeux olympiques sont célébrés en Grèce Antique, avec une fascination naissante pour les corps musclés, athlétiques. Le sport et les corps qui en portent les traces sont adulés. La fermeté des muscles est de rigueur.
Le canon de la beauté devient donc le corps athlétique, signe de bonne santé et de vigueur. Les artifices sont réduits au minimum et l’utilisation de cosmétique n’est que peu répandue même si les paupières peuvent être noircies.

.

Image par Wolfgang Eckert de Pixabay

.

Le Moyen Age (5oo à 15oo ap. J-C)

.

L’essor du christianisme va considérablement changer l’image de la femme. La femme idéale va devenir plus secrète, plus énigmatique mais surtout plus prude. L’image de la Vierge Marie va véhiculer celle de la femme pure qui ne met pas en avant ses attributs physiques. C’est l’immaculée conception, une femme qui enfante sans avoir été souillée.

Les corps sont donc dissimulés dans des vêtements amples. Mais l’image de la jeunesse est cultivée. Les attributs juvéniles sont appréciés. La silhouette est fine comme le visage. Le visage est souvent pâle et sans artifices. Le front est découvert. Les seins sont généralement petits, fermes, la taille et les hanches sont également fines.

.

.

La Renaissance

.
La royauté bat son plein dans toute l’Europe. La séduction dans les cours Royales est de vigueur.
L’idéal féminin devient celui d’une femme jeune, avec un visage ovale. La féminité est mise en avant, les corsets remontent les seins et marquent la taille. La minceur n’est pas tant idolâtrée. Les formes sont signes d’opulence. L’image de Catherine de Médicis est très parlante sur ce point. Avec cette reine mère, vient également le maquillage : fond de teint pour faire ressortir la blancheur, noir sur les yeux, les lèvres sont souvent rouges pour la sensualité et les ongles sont travaillés et parés.
Le style est également travaillé, la haute couture fait son apparition. On s’habille avec des tissus nobles, exotiques. On laisse entrevoir les formes des seins mais sans vulgarité. La beauté est le sensuel, le sous-entendu et les formes généreuses mises en avant. Les femmes rondes sont appréciées… Les rondeurs sont signes de richesse et de bonne santé !

.

Image par Oberholster Venita de Pixabay

.

Le XVIIIème au XIXème siècle

.
Le développement des Lumières marque un retour à la naturalité. Le maquillage est moins présent même s’il est toujours apprécié. La blancheur est privilégiée, signe de pureté encore une fois. C’est l’apparition des mouches aux coins des lèvres non pulpeuses mais douces. Les cheveux sont longs, travaillés mais dans un style décoiffé. Les boucles sont particulièrement appréciées.
Le XIXème siècle, voit l’apparition de la beauté « maladive ». Une aura presque sacrée est donnée et appréciée chez les femmes. Il faut avoir un air mystérieux, mélancolique, lointain, presque hors du monde. C’est le siècle du Romantisme et ça se ressent dans l’image de la femme. Ce sont les sous-entendus, la beauté mystique qui sont mis en avant. L’air du fantasme !

.

Image de wikimedia

.

L’époque moderne à notre époque contemporaine (XXème au XXIème siècle)

.

Le début du XXème siècle marque le règne de la sensualité. À l’image de Mata Hari, nous voyons une femme très sensuelle, jouant avec son corps et jouant de l’attirance qu’elle peut provoquer. Cette femme est un modèle pour moi car elle n’était pas qu’une simple artiste. Elle a aussi fait partie de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale et, à la fin de la guerre, a adopté plusieurs enfants. Une sacrée femme ! =)

Aussi au XXème siècle, la femme se dévoile. Elle n’est plus mince. Elle possède des courbes et les met en avant.

.
En parallèle, l’effort de guerre développe la femme garçonne, forte et capable d’affronter les privations. L’image est particulièrement présente lors de la Seconde Guerre Mondiale avec Rosie the Riveter. Les femmes portent des pantalons ! =) La maigreur est désormais considérée comme un signe de maladie. Le corps redevient plus athlétique, les jambes sont fines et les seins petits. Les cheveux ont tendance à être plus courts.

L’après-guerre voit la naissance d’icône mondiale, de sexe-symbole. L’une des plus emblématiques est évidemment Marilyn Monroe. Les lèvres sont pulpeuses, les formes sensuelles avec une poitrine et des hanches généreuses. La femme joue de sa sensualité. C’est le temps des pin-up  ! Le teint tend à devenir un peu plus foncé sans toutefois abandonner la blancheur toujours signe de beauté. Le maquillage est également de plus en plus présent avec le fameux rouge à lèvres.

Les années 7o sont marquées par l’époque hippie. La disparition des soutiens-gorge restera une mode anecdotique même à notre époque.

.

Image par Ahmad Ardity de Pixabay

.

Les années 9o voient l’explosion des mannequins et d’une image de la femme maigre, avec des formes de moins en moins présentes. Le visage plus fermé. Les seins et les hanches sont petits. Les jambes sont grandes et élancées.
Cette mode est accompagnée d’un culte du corps athlétique. L’idéal féminin emprunté aux Etats-Unis a tendance à être celui d’une femme bronzée, travaillant son corps. La minceur est privilégiée. La taille est fine. La chirurgie esthétique tend à se développer et à exacerber ces tendances : nez aquilins, augmentation mammaire, botox…

Et aujourd’hui ? Le mouvement du body positive qui a fait son apparition fin 2o17, tente a changé les standards de beauté de la femme et dénonce les diktats de la mode.

.

En définitive, la conception de la femme idéale n’est que liée à une époque ou une société. Par exemple : le bronzage n’est toujours pas considéré comme beau chez les Chinois ou Japonais. Notre époque moderne et l’alternance rapide des canons de la beauté laisse à voir une perception volatile de ce qu’est la femme idéale. Le « sexe-symbole » de demain est peut-être celui d’il y a quelques siècles.

Le principal est d’être bien dans son corps, sans se soucier des images véhiculées par les médias, et quelles que soient les formes, minces, rondes etc, vous pouvez répondre à des idéaux de beauté. Beaucoup ont tendance à se chevaucher à travers le temps et les sociétés.

Photographie de couverture : Vladimir Yuminov de Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading Facebook Comments ...