The Fat Spectrum : la classification des gros !

The Fat Spectrum

Comme beaucoup de gens, je passe énormément de temps sur le net… Et une grande partie à échanger avec des personnes rondes. Ils existent de nombreuses communautés couvrant un large éventail de sujets : discriminations au poids, problèmes de santé, body positive, mode plus size, etc. Biens que ces sujets sont variés, il y a un domaine qui revient souvent en ce moment, ce sont les différents « corps ronds ». J’ai donc fait quelques recherches sur la thématique… Et, a ma plus grande surprise, j’ai découvert qu’il existait une sorte de classification des personnes grosses.

Et là, vous allez me dire… C’est délicat comme sujet. Comment peut-on, entre guillemets, « classer » des personnes par rapport à leur poids ? C’est assez stigmatisant. Si c’est ce que vous pensez… Sachez que je suis d’accord avec vous. Je trouve cela très bizarre… Cependant, cela existe et je me suis dit que ça peut être intéressant de se pencher sur le sujet afin de me faire une opinion juste.

La première chose qu’il m’a posé question ; c’est pourquoi catégoriser les personnes rondes. Nous sommes tous gros et nous n’avons pas besoin d’être divisés. Donc qu’elle est l’intérêt ? N’est ce pas arbitraire et rigide ? Je pars avec une mauvaise impression de ce classement. Nous sommes plus puissants lorsque nous sommes unis et que nous nous soutenons que diviser en catégories. Bref…

Alors, de quoi s’agit-il ? D’où viennent les thermes de classifications utilisés ? Qui décide de leurs utilisations ? Creusons un peu le sujet.

Le Fat Spectrum : à la découverte de la terminologie.

La classification est divisée en 5 parties :

  • les Small fats : « petit gras » en français, est une personne qui fait une taille 46.
  • les Mid-fats : « mi-grasse », ce sont les personnes fessant une taille 48 à 52. Il devient difficile de trouver des vêtements à sa taille et souvent, seulement sur Internet.
  • les Large fats : « gros gras », est une personne qui fait une taille 54 à 6O. Cette catégorie est aussi appelée « Lane Bryant Fat ». Un terme inventé par l’écrivain Roxane Gay.
  • De la taille 6O à 64, une personne « Infinifat » est confrontée quotidiennement à de la grossophobie. Et il est très, mais très difficile de trouver des vêtements à leur taille. Ils peuvent être amenés à faire confectionner des pièces en sur-mesure. Ce terme a été inventé par Ash de The Fat Lip.
  • et enfin les « Deat fats » soit « graisse de la mort », en français, a été créé par l’écrivain Lesley Kinzel. On ne sait pas grand-chose de cette catégorie, seulement qu’elle concerne les personnes d’une taille supérieure à 64 et fait référence à une « adiposité morbide  » ( Désolé, du terme, je fais que relayer ce que j’ai appris. Je trouve ce mot tellement nul ! =( ).

Envie d’en comprendre un peu plus ? La blogueuse Fat Activisme nous propose une petite infographie qui est beaucoup plus détaillée : 

Au fil du temps, la différence des corps ronds est devenue de plus en plus intersectionnelle.

Alors que le mouvement Bodypositive a pris beaucoup d’empleur, des personnes ont développé des étiquettes qui décrivent les « différents gros ». Mais pourquoi ? Ces personnes partent du principe que les personnes grosses ne vivent pas les meme expériences et problematiques selon leur poids.

Ce qu’on remarque avec cette classification des « différents corps ronds « , c’est qu’elle est basée sur deux choses. La première, sur le poids… Et ensuite sur les problématiques dues aux poids.

La taille des vêtements est utilisée comme critère pour comprendre l’oppression basée sur le poids. L’accès aux vêtements devient de plus en plus difficile selon votre avancée dans ce tableau. Plus une personne est grosse, plus elle rencontrera des obstacles dans sa vie quotidienne. Si la personne fait un 46, par exemple, elle n’aura pas trop à réfléchir pour prendre l’avion. Mais pour une personne « Infinifat« , cela demandera de prendre des précautions supplémentaires: vais-je tenir sur le siège ? Que faire si la ceinture de sécurité de clique pas ? etc.

L’accès à la santé devient également plus difficile à mesure que vous progressez dans le tableau. Par exemple, les personnes « Infinifats« , il peut être difficile de trouver des balances pour se peser, des tables d’examen pour les accueillir, des appareils d’IRM qui leur conviennent ou de traitements… Et tout cela en raison de leur poids. C’est tellement injuste !

Ce que j’en pense… Bah, je ne suis pas fan. Aucun système, aucune classification ne sera parfaits et ne reflétera avec précision l’exact vécu de chaque personne.

Source photographie de couverture : Laura Tancredi provenant de Pexels

Le partage c'est la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading Facebook Comments ...