La mode continue à avancer vers plus de diversité !

La mode continue à avancer vers plus de diversité !

Ce fut long ! Ce fut difficile ! Mais on peut enfin constater un réel progrès dans la mode en matière de diversité ! Faisons un petit récapitulatif des années précédentes avant de dresser le bilan de cette année 2o17 exceptionnelle.

 

Avant 2o17, quelques initiatives bienvenues

 

Le monde de la mode se souviendra du mois de septembre 2o13 pour l’action inattendue de Bethan Hardison. Ancien mannequin, ex directrice d’une agence de mannequins et fondatrice de « Diversity Coalition », cette dernière a adressé une lettre ouverte à toutes les grandes chambres syndicales de couture pour dénoncer l’uniformisation des podiums. Soutenue par les icônes Iman Bowie et Naomi Campbell, elle a fait remarquer que ne faire défiler que des mannequins blancs est incompatible avec les caractéristiques d’une société moderne. En effet, cette année là, sur 4479 modèles présentés, 4o9 l’étaient par des asiatiques et 271 par des noirs selon le site américain Jezebel. Pour beaucoup, cette lettre est le marqueur principal d’un début de prise de conscience du monde de la mode. Mais comprendre ne fait pas tout ! L’industrie du style étant longue (voire même très très longue) à se remettre en question, d’autres action coup de poing ont été nécessaires.

diversité1

2o14, un sursaut de conscience

 

Pour 2o14, c’est avec plein d’espoir que l’on a vu apparaître en ligne l’éditorial sur la lingerie de Vogue où des mannequins taille plus étaient présentées (sans aucune précision sur leur taille d’ailleurs).  Le célèbre slogan « Donnez-moi un D ! Donnez-moi un F ! » restera longtemps comme un mantra pour redonner confiance en elles à de nombreuses femmes cette année là.

diversité2

On se rappellera aussi de la présence de  dans la campagne de Calvin Klein. Pourquoi ? Parce qu’un mannequin talle 42 était généralement écarté des campagnes publicitaires.

Mais 2o14 c’est aussi l’année du magnifique documentaire « A perfect 14 » (un 46 parfait en français) de la journaliste Giovanna Morales qui présentait l’univers de la mode pour les mannequins grandes tailles.

a-perfect-14-documentaire-mannequins-grande-taille

 

2o15, reculé pour mieux avancer

 

Si autour des podiums, on était fier d’annoncer qu’au moins 1 mannequin issu de la diversité était présent à chaque défilé, c’était un résultat largement insuffisant comparé à ce qui était attendu. Les chiffres de cette année ont été désastreux et ont montré un net retour de l’industrie de la mode vers ses vieilles habitudes si contestables, filles très maigres et très jeunes… En effet, selon Fashion Spot, dans les campagnes publicitaires de 2o15, 84% des mannequins présentées étaient blanches, dont 1,4% seulement de mannequins grandes tailles. On remarquera aussi qu’uniquement 5 modèles de plus de 5o ans ont été acceptés.

Models present creations for Italian fashion house Dolce & Gabbana as part of the Milan fashion week Autumn/Winter 2014 collections on February 23, 2014. AFP PHOTO / TIZIANA FABI
Dolce & Gabbana, Milan fashion week, collection Automne/Hiver 214 

2o16, en demi-teinte

 

Durant l’année 2o16, c’est avec espoir, méfiance et surprise à la fois que l’on a regardé la diversité revenir dans les rangs de la mode à petits pas. Malgré les notoriétés toujours plus grandissantes d’Adèle, d’Amy Schumer ou encore de Leslie Jones, les femmes rondes n’ont été représentées qu’à o,9% en couverture des grands magazine de mode féminins. Pour les personnes transgenres, ce chiffre est même catastrophiquement évalué à o,7%. C’est bien peu lorsque l’on garde en mémoire la superbe initiative de la marque H&M qui a présenté sa collection sport en choisissant Caitlyn Jenner comme égérie. H&M qui a d’ailleurs fait un triple bond en matière d’inclusion durant 2o16 grâce à son spot publicitaire mettant en scène des femmes normales et la présence d’ Ashley Grahams lors de son défilé pour la Fashion Week de Paris afin de donner leur place aux femmes rondes.

Cette année a aussi été marquée par le maintenant célèbre projet Black Mirror de la mannequin libérienne Deddeh Howard en collaboration avec le photographe Raffael Dickreuter. Dans cette série de photos, on la voit s’approprier des publicités mondialement célèbres incarnées par des mannequins blanches très connues. Dans cette initiative cri du cœur, la mannequin rappelle à l’industrie de la mode qu’elle n’est ni blanche, ni noire et nous, on aime ça.

diversité2

 

2o17, année de la diversité

 

C’est avec un grand Ouf ! que l’on regarde l’année 2o17. Même si elle n’est pas tout à fait achevée, la liste des petites victoires qui font du bien s’allongent et ça fait très très plaisir. La mode, enfin, s’est faîte plus inclusive ! Dans les campagnes de publicités tout d’abord, c’était, au printemps, 24,7% des modèles qui étaient issus de la diversité. Cet automne ce chiffre grimpe même à 3o,4% des femmes non-blanches. Les podiums, eux non plus, ne sont pas en reste avec un taux de 27,9% historique. Mais l’évolution ne s’arrête pas là et heureusement.

En février c’est une grande « standing ovation » qui a clôturée la présentation de Gypsy Sport. Le public a pu y voir défiler à la fois des modèles queer, drag-queens et transgenre. La marque new-yorkaise, exceptionnellement présente à Paris pour présenter sa collection printemps/été 2o18 le 29 septembre dernier, a d’ailleurs affirmé sa volonté de diversité en organisant un casting ouvert à tous dans la capitale. Son créateur explique que, pour lui, les gens sont importants, les gens sont beaux dans toute leur diversité. Les gens seront toujours différents, ils agiront toujours différemment, s’habilleront différemment. Voilà pourquoi j’ai créé cette marque, pour donner une voix à cette diversité.

diversité3

En avril, un pas de plus a été franchi avec la nomination d’un premier rédacteur en chef noir, Edward Enninful, à la tête du Vogue Britannique. Pour continuer les bonnes nouvelles, on notera le lancement par Tommy Hilfiger d’une collection de vêtements adaptés et bien pensés pour les personnes en situation de handicap. Les fermetures éclairs et les boutons y sont généralement remplacés par des aimants tout en laissant à l’habit en lui même un style réellement agréable qui change des vêtements quasi informes proposés sur le marché auparavant.

Credit-Richard-Corman-Runway-of-Dreams-Image-2-750x594

 

Bien entendu, on pourrait rester grognon et râler parce qu’on en veut plus et plus vite. Mais il faut laisser le temps faire son œuvre et garder confiance en nous… Tous les indicateurs présentent les signes d’une modification majeure généralisée du regard de notre société, l’univers de la mode est traditionnellement plus lent à réagir. Alors même si l’on sait que ce n’est pas dés demain que les diktats de la mode seront entièrement revisités, prenons notre mal en patience. Le changement est en marche et ça fait déjà du bien.

 

 

20 commentaires


  1. Coucou !
    Ca fait des années que j’attends une avancée majeure. Malheureusement j’ai encore une fois fait partie des blogueuses invitées au concours Elite et j’ai encore pu constater la maigreur de certaines candidates … Entendre que certaines mangent des mouchoirs pour remplir leur estomac m’a donné envie de « vomir »

    Répondre

  2. C’est tant mieux cette diversité qui arrive parce bon, voir toujours le même gabarit de filles, grandes et très minces… Ca fait souffler un vent de fraicheur d’avoir des mannequins « rondes » ou asiatiques ou noires. Le monde est plein de diversité donc pourquoi pas la mode ?

    Répondre

  3. Bel article bien mené et bien construit. La France a en effet beaucoup de retard par rapport aux USA par exemple qui organisent depuis longtemps (au moins 4/5 ans) des « inclusive fashion weeks ». Si la mode est un reflet de la société, alors les modèles doivent aussi l’être ! C’est une conséquence naturelle, logique et même beaucoup plus saine…

    Répondre

  4. Un article très complet et intéressant moi j’aime beaucoup chez Kiabi que sur leur site il met en avant des femmes rondes et jolie.:) !

    Répondre

  5. Coucou on parle souvent de grosseur mais on ne parle pas des longueurs, souvent je galère avec l’entre-jambe, car je suis très longues en jambe aussi ^^

    Répondre

  6. Toujours des trains de retard concernant la mode. J’aimais bien la suivre avant en m’informant un peu dessus mais j’ai abandonné en voyant qu’au final, la femme « lambda » ne pouvait pas s’y retrouver. Peut être un jour ^^

    Répondre

  7. Je ne suis pas la mode, les mannequins ne reflètent pas les femmes d’aujourd’hui au contraire..

    Répondre

  8. Coucou,
    Je n’ai jamais suivi la mode souve’t d’ailleurs parce que je trouve que les mannequin ne refletent pas les vraies femmes, les femmes ordinaires avec qq rondeurs qui font parfois qu’elles sont bien plus jolies…. mais ce n’est que mon avis. Je suis heureuse de voir que les choses changent doucement. Bisous super article

    Répondre

  9. Coucou je suis totalement d accord avec toi il y a beaucoup eu d évolution
    Mais c’est fou que la France soit toujours à la ramasse !!!
    Très intéressant ton article ^^

    Répondre

  10. La mode commence enfin à reconnaitre le pouvoir de la diversité. Ouf! Et puis… une consommatrice mieux dans sa peau achètera avec plaisir, sera plus loyale à une marque qui lui offre un vrai « feel good effect ». Tout le monde y est gagnant, bon sang, il était temps que ça bouge…

    Répondre

  11. Hello, un article fort interessant !Effectivement des changements commencent mais nous sommes tellement en retard en France, c’est affolant. Ce qui me choques le plus c’est de voir que l’on crie hourra il y a des « rondes » sur les podiums telles ashley grahamm … mais euhhh non, non et non ! Je ne conçois pas que l’on se suffise de ce type de corps, une réelle ronde ce n’est pas ça. Beau visage, cheveux long, taille de guêpe, popotin énorme mais galbé sans cellulite ???? Ce n’est pas la réalité.
    bises

    Répondre

Laisser un commentaire